Focus sur le pari risqué de la Bundesliga

Comment parier sur les buteurs dans le foot.

Durant la crise du Covid-19, tous les championnats européens se sont interrompus, temporairement pour certains, définitivement pour d’autres (Ligue 1, Ligue 2, Jupiler Pro League, Scottish Premiership). Mais un championnat sort du lot : celui d’Allemagne. En effet, dès le 15 mai, la Bundesliga et la Bundesliga 2 ont officiellement repris avec notamment un alléchant Dortmund-Schalke qui s’est terminé sur le score de 4-0. Match à huis-clos évidemment.

La reprise de la Bundesliga a été décidée en pleine pandémie du Coronavirus. Quelles raisons ont poussé le gouvernement allemand à autoriser la reprise ?

Depuis début avril, l’Allemagne traverse comme de nombreux pays une grande crise économique. Pour tenter de se remettre de cette crise de la meilleure des manières, tous les pays n’ont pas décidé de procédures identiques. Reprise de l’école donc pour certains pays, comme l’Allemagne, la Suède et la France, mais les Allemands ont pris une décision assez incroyable, voire improbable : reprendre le football national. En effet, le 6 mai, la DFL (ligue de football allemande) a annoncé à l’agence sportive SID que le Championnat reprendrait le 15 mai.

Une décision remise en cause par le peuple allemand

Effectivement, dans le cadre d’un sondage publié par la chaîne de télévision allemande ARD, 56 % des Allemands sont contre une reprise de la Bundesliga, contre seulement 31 % pour.

En effet, la plupart de ceux qui s’opposent à cette décision ont surtout peur que la crise du Covid-19 ne reparte de plus belle dans leur pays. Un argument tout à fait compréhensible. Si par ailleurs on regarde l’enjeu économique de la reprise, on peut aussi comprendre la décision de la DFL et du gouvernement allemand.

Pour commencer, si la saison va à son terme, ce qui est prévu, les clubs ainsi que la Ligue allemande toucheront les droits de retransmission télé tant attendus. Les clubs toucheront également tous les revenus venant des marques, des sponsors et des partenaires qui seront également gagnants. Et oui, chose à noter, les matchs sont effectivement à huis-clos, mais on observe un nombre de téléspectateurs en forte hausse. Les publicités qui se situent donc sur les panneaux au bord du terrain sont en fonctionnement, ce qui peut vraisemblablement aider les entreprises en difficulté à se remettre de la crise.

Les grands gagnants ?

Les chaînes de télévision sont gagnantes ! Elles doivent payer les droits, mais avec le nombre de téléspectateurs qui regardent le retour tant attendu des championnats allemands, il faut s’attendre à un effet de hausse sur la cosommation. Sky Germany, par exemple, a fait le pari de mettre le multiplex de la reprise le week-end du 15 mai en clair ! Un pari gagnant. Sky a réuni 2,45 millions de téléspectateurs soit 18,2% des audiences publiques. Grand succès pour le groupe qui a réitéré le week-end suivant avec une nouvelle fois le même pari. En tout, le même week-end, toutes chaînes confondues, l’Allemagne a réuni plus de 6 millions de téléspectateurs, battant par la même occasion les records d’audience.

Mise en place logique d’un protocole sanitaire. Là aussi critiqué

Évidemment, pour permettre la reprise de la Bundesliga, il a fallu mettre en place un protocole sanitaire très strict. Les acteurs de chaque club doivent respecter des distances de sécurité dans les vestiaires, l’entrée sur le terrain se fait séparément pour les deux équipes, pour célébrer les buts, les poignées de mains ou les embrassades sont interdites, le port du masque est obligatoire pour le staff et les remplaçants sur le banc de touche… Ces mesures sont logiques, mais non-respectées dans un mur, ou lorsque qu’un joueur tacle. Si d’aventure il y avait des cas positifs dans les clubs, les intéressés seraient mis en quarantaine.

L’objectif de la DFL serait de terminer les championnats le 27 juin mais d’éventuelles prolongations en juillet ne sont pas exclues.

Le bon pari allemand

On peut donc affirmer que cette reprise est positive pour l’économie allemande. Pour rappel, le secteur du football emploie environ 56 000 personnes outre-Rhin.

Avec le protocole sanitaire extrêmement strict établi fin mai, aucun nouveau cas de Coronavirus n’a été enregistré à cause du football. Coup double donc pour l’Allemagne qui, il faut le dire, réussit son pari.

Reprise correcte dans le secteur économique et sanitaire donc, mais dans le secteur sportif ? Avons-nous remarqué des signes de fatigue plus visibles sur les joueurs ? Plus de blessures ? Moins de justesse technique ? Des stades moins bien entretenus ?

Pendant le confinement, les joueurs avaient l’autorisation de sortir faire du sport autant qu’ils le voulaient. Ce n’est donc pas la préparation physique qui leur a manqué. Cela s’est vu sur les terrains où ils ne semblaient pas plus fatigués que d’habitude. Peut-être la nouvelle règle (jusqu’à cinq changements possibles par match) a-t-elle aidé, même si elle a été peu utilisée. Nous n’avons pas remarqué plus de blessures que d’habitude non plus. Au contraire, les joueurs ont dû faire beaucoup de musculation et de renforcement musculaire à la maison donc avec moins de risques de blessures.

Techniquement, la Bundesliga est réputée pour être l’un des meilleurs championnats, ce qui a été confirmé ici, avec une justesse technique assez incroyable si on la compare à notre Ligue 1.

Malgré le huis-clos, certaines chaînes de télévision ont opté pour une fausse ambiance, ce qui rendait extrêmement bien sur le téléviseur.

Tout était réuni pour que cette reprise soit réussie. Chose faite pour la DFL et le gouvernement allemand qui a gagné son pari… plus que risqué !

Auteur : Pierre R.

Vous pouvez partager cet articles avec vos amis en cliquant juste en dessous.

Restons en contact ! Retrouvez-moi sur :

Facebook | Instagram 

Copyright © 2018 Costa Pronos

Groupe VIP

Rejoignez le meilleur Groupe VIP dans les paris sportifs !

Pin It on Pinterest

Share This